Logo Terra Hominis

On en parle dans les médias :

       
créateur de vignobles en copropriété

Terra Hominis devient la 1ère PME à demander le statut d’entreprise à mission en France

A peine la loi PACTE promulguée au Journal Officiel le 22 mai dernier, Terra Hominis modifiait son objet afin de répondre à la nouvelle définition d’entreprise à mission qui vient d‘être créée.

Les nouveaux statuts intégrant une mission d’intérêt collectif, sont en cours d’enregistrement au Tribunal de Commerce de Béziers (Hérault) et feront de Terra Hominis la première PME à obtenir cette qualification.

« Je suis très fier que nous soyons à la pointe de ces évolutions. Cette loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises, permet aux PME comme la notre d’affirmer leur volonté de gérer leur structure en considérant les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité », s’est félicité dès le 7 juin Ludovic Aventin, créateur de Terra Hominis, dont l’objectif est de contribuer à l’installation de jeunes vignerons sur des terroirs difficiles à financer, ainsi qu’au développement et à la transmission de vignobles reconnus.

Une façon de sacraliser l’essence de notre mission

Désormais, l’article 2 des statuts inclut cette notion de mission d’intérêt collectif ou général et stipule que « la raison d’être de la société est de préserver ce qui fait la force de nos vignobles, la diversité de ses vignerons, tout en créant du lien entre les amateurs de vin et les vignerons et ainsi dynamiser les territoires ruraux.

Notre but est de permettre à la nouvelle génération de vignerons, qui travaille dans le respect de l’environnement et qui n’a pas les moyens financiers pour l’acquisition de foncier ou le paiement de fermage en numéraire, de s’installer ou de se développer ».

Avec la modification de ses statuts, Terra Hominis sacralise la raison d’être qu’elle porte depuis sa création en 2011 : faire le lien entre la terre et les hommes pour ainsi permettre la préservation des terroirs et du savoir-faire viticole français.

« En ces temps moroses, les citoyens sont en quête de sens et les entreprises doivent assumer leurs responsabilités sociétales et environnementales, tout autant qu’économiques », confie Ludovic.

Depuis sa création, Terra Hominis a toujours été soucieux de privilégier l’humain à la finance, pariant sur la convivialité, le partage et l’entraide pour rendre chaque projet de financement unique. Mais également éthique. En effet, La protection de l’environnement est cœur des projets puisque chaque vignoble réalisé est cultivé dans le respect de l’environnement et des sols.

Un accélérateur pour le développement de l’activité

Terra Hominis, déjà lauréat l’an passé du prix national « Innovation et Territoire », va ainsi pouvoir :

  • Faciliter les relations avec les vignerons en étant reconnue comme entreprise à mission, et faciliter ainsi la sélection de ces derniers
  • Développer encore plus ses partenariats avec les organismes professionnels, à l’instar des liens déjà tissés avec la Safer (sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural)
  • Faciliter l’obtention de prêts bancaires pour assurer le montage des projets
  • Donner une meilleure visibilité et une vraie reconnaissance au travail effectué par les équipes Terra Hominis et contribuer ainsi à son développement
  • Conforter et donner un peu plus de plaisir et de fierté aux 1800 associés qui nous ont fait confiance jusqu’à présent

Depuis sa création en 2011, Terra Hominis a permis le financement de 18 vignobles en copropriété en Occitanie et dans le Bordelais. Avec la légitimité supplémentaire et la reconnaissance de ce statut d’entreprise à mission qui correspond en tous points à sa démarche, Terra Hominis espère pouvoir multiplier les opérations de sauvegarde et de financement de vignobles et ainsi pouvoir réaliser une centaine de vignobles au niveau national d’ici 3 ans !

L’avis des associés sur le nouveau statut de Terra Hominis

  • Georges Grigliatti

    Georges
    Grigliatti

  • Pascale Rochat

    Pascale
    Rochat

  • Marc Olivier Bertrand

    Marc Olivier
    Bertrand

  • Jonathan Lemonier

    Jonathan
    Lemonier

  • Georges Grigliatti, chef d’entreprise à Rouen et multi-associé dans les projets de vignobles en copropriété suivants : Laur Bauzil, Dolmen des Fées, les Vignes Blanches, la Truffière et Domaine Gayda.

    « Associé dès 2011 au premier vignoble en copropriété installé grâce à l’initiative de Ludovic Aventin, j’ai suivi l’installation de nombreux autres vignobles créés par Terra Hominis.

    Ce qui m’a plu et motivé, c’est cette nouvelle philosophie de la culture de la vigne, basée sur la qualité et le respect de l’environnement (introduction des abeilles et des chauves-souris, travail de la terre au cheval, vendanges à la main, limitation du taux de sulfites).

    L’objectif n’était pas un investissement capitalistique mais un investissement plaisir afin de transmettre les vignes et les valeurs qui s’y rattachent à nos enfants. Ma fille Sophie et ma petite fille Jasmin sont déjà venues au MAS ANGEL pour s’imprégner de cet état d’esprit et déguster de grands vins de qualité.

    Ludovic était déjà un précurseur de l’entreprise à mission à la création de Terra Hominis puisqu’il œuvre à la préservation du patrimoine viticole français. En effet, les fêtes annuelles viennent confirmer cet esprit de partage créateur d’amitié pour tous les épicuriens que nous sommes. »

  • Pascale Rochat, dirigeante d’entreprise à Nantes et associée Mas Angel

    « En tant que dirigeante d’entreprise, je suis particulièrement sensible au rôle sociétal et environnemental de l’entreprise qui ne peut plus être une simple productrice de richesses.

    C’est l’esprit de partage, de défense de la viticulture, du respect de l’environnement qui m’a fait devenir associée dans un vignoble de Terra Hominis et le passage de Terra Hominis en entreprise à mission est pour moi une évidence. »

  • Marc-Olivier Bertrand, vigneron du Domaine Lacroix-Vanel, AOP Languedoc-Pézenas

    « J’ai repris le Domaine Lacroix-Vanel en 2016 créé par Jean-Pierre Vanel en 1998, labellisé en agriculture biologique depuis 10 ans.

    C’est en réfléchissant au montage financier possible que j’ai eu l’occasion de rencontrer Ludovic Aventin, fondateur de Terra Hominis. Nous avons travaillé ensemble, avec le soutien de la Safer, pour permettre la reprise de ce domaine grâce au financement participatif. C’est dans un esprit de continuité que nous avons repris le domaine : nous avons gardé le nom, l’état d’esprit de qualité, la culture des vignes en agriculture biologique, les cuvées…

    En plus de cela, de la part de Terra Hominis, j’ai eu un soutien énorme de la part de 150 associés, qui participent aux travaux de la vigne avec moi ou qui viennent à l’occasion de fêtes dans les vignes. Ce sont aussi pour moi des ambassadeurs de mes vins qui les font goûter à leur entourage et en parlent autour d’eux. »

  • Jonathan Lemonnier, caviste à Yvetot (La Cave à JO), associé au Domaine Gayda –

    « En tant que caviste, je me suis engagé dans cette aventure afin de soutenir nos vignobles, notre terroir et notre savoir-faire viticole.

    Je suis donc sensible à la raison d’être de Terra Hominis et au rôle que cette entreprise joue quant à la préservation de l’environnement, de notre patrimoine culturel tout autant que son engagement pour sauver la diversité de nos vignerons, qui font la richesse de nos vignobles.

    Chaque projet est unique car chaque vigneron est spécifique dans son approche et de sa vision du vin. C’est cette diversité-là que je défends également à ma cave »

Les chiffres-clés alarmants de l’agriculture française

  • 34 % d’installations agricoles en moins entre 2014 et 2017
  • En 1955, on comptait 2 millions d’exploitations agricoles tandis qu’en 2016 on en compte seulement 437 000
  • 1/3 des exploitants agricoles ont plus de 55 ans

La mission de Terra Hominis est la préservation de nos terroirs français et d’apporter une solution à la disparition des installations agricoles, en partenariat avec la Safer.

Tout savoir sur l’investissement participatif dans le vin

Reportage de France 3 sur notre démarche

Reportage de France 2 sur notre démarche

Le point de vue des vignerons

Le point de vue des associés

Contact Presse

Sara Lombardi
sara@terrahominis.com
06 73 38 42 84