Logo Terra Hominis
créateur de vignobles en copropriété

Les questions les plus fréquentes sur l’investissement participatif non-réglementé et le fonctionnement de votre vignoble

Peut-on prendre plus d’une part ?

Oui, il n’y a pas de limite de nombre de parts à partir du moment ou l’investissement ne représente pas une part significative de son patrimoine.
Notre conseil : prendre un nombre de parts en fonction du nombre d’enfants que l’on a afin de transmettre….

Peut-on revendre ?

Les aléas de la vie font que même si notre souhait en prenant des parts est de les transmettre à nos enfants, nous pouvons avoir un besoin d’argent qui nécessite une revente. La vente des parts ne peut être garantie mais, elle est prévue et organisée. En effet, une liste d’attente s’organise sur chaque vignoble via le réseau des associés qui souhaite y participer. La vente passe devant notaire et le vigneron demeure prioritaire sur le rachat. De ce fait, un délai de plusieurs mois est nécessaire pour revendre sa part. Ce qui signifie que la liquidité n’est pas immédiate.

A quel prix revend-t-on ?

Le but n’est pas de spéculer en achetant plusieurs parts afin de les revendre. Malgré tout, en cas de cession, les parts sont revalorisées par un expert-comptable.

Comment est calculé le taux de rendement ?

Le rendement annoncé est en bouteilles et basé sur un calcul de prix de vente public. Le fait qu’il soit en vin et basé sur un prix de vente public et non pas un prix de revient explique le taux avantageux et permet au vigneron de régler son fermage à un coût de revient classique mais en nature. L’associé et le vigneron sont ainsi gagnant tous les deux. 

Comment est calculé le prix des vignes ? 

Le prix de la vigne est basé sur le prix de l’hectare de vigne sur l’appellation et est valorisée en fonction de l’image du vigneron. En effet,comme pour une toile de peinture, ce qui donne la valeur à l’oeuvre, ce n’est pas le prix du châssis ni de la gouache mais bien la signature de l’artiste.  De plus, la valeur de la vigne est garantie par la capacité du vigneron à reverser les dividendes (bouteilles de vin) sur la base de ce calcul.

Comment les bouteilles données aux associés sont-elles choisies ?  

Le choix est réalisé par les associés eux-mêmes. Le vigneron donne le choix entre différents lots de bouteilles et la sélection est faite à la majorité des associés. Le lot sélectionné sera ainsi donné à chaque associé

Quand perçoit-on les premières bouteilles ? 

Les premières bouteilles correspondent au millésime d’investissement. Ces dernières sont donc disponibles dès la mise en bouteilles.

Exemple concret : Si vous prenez une part en avril 2017, le millésime 2017 sera vendangé en septembre, puis vinifié, élevé et enfin mis en bouteilles entre fin 2018 et début 2019, alors vos dividendes seront disponibles dans la foulée.

En fonction des cuvées, l’élevage peut varier de 4 à 24 mois. Plus le vin choisi par les associés pour être donné en dividendes est haut de gamme, plus l’élevage est long.

Il est à noter que le vigneron au moment du versement des dividendes en bouteilles de vin, aura au préalable déjà avancé les frais de taille, de culture, de vendanges, de mises en bouteilles et ce pendant 2 ans avant de pouvoir commencer à percevoir le fruit économique de son travail.

Que se passe-t-il si la récolte est perdue pour cause de grêle ou autre aléa climatique ?

Vous n’avez aucune responsabilité financière, aucune somme d’argent à remettre ni en capital ni en compte courant. En effet, la structure dans laquelle vous avez investi n’est pas exploitante. Par contre, si l’aléa climatique est avéré, le fermage sera versé au prorata du manque à gagner.  En revanche, le vigneron sera lui confronté à un problème de trésorerie car il aura travaillé une année pour rien et la récolte suivante risquera elle-aussi d’être amputée si les dégâts liés à la grêle sont importants. En sus, il risquera de perdre une partie de son circuit de distribution, qui se sera approvisionné ailleurs.

Doit-on remettre de l’argent si l’exploitation du vignoble le nécessite ou si il y a des investissements à réaliser ?

Vous achetez des vignes et de la terre au travers d’une SCI. Vos vignes sont mises en fermage à une société d’exploitation qui est totalement indépendante. En cas de dettes ou d’investissements de celle-ci, il n’y a aucun lien juridique qui vous lie à ses créances ni à ses investissements, donc il n’y a jamais d’argent à remettre.
Même en cas de faillite de la société d’exploitation, nous n’avons aucune responsabilité financière. Dans ce cas, nous mettons les vignes en fermage auprès d’un autre vigneron.

Est-il possible de prendre un crédit pour acheter des parts ?

Il est légalement possible de le faire, mais nous déconseillons fortement de réaliser cette démarche. Nous proposons de l’investissement plaisir et non financier, vous devez disposer des liquidités et ne pas en avoir besoin. Si vous ne disposez pas de l’argent ou que vous risquez d’en avoir besoin, alors inscrivez-vous à notre newsletter et vous serez invité à des manifestations sans avoir eu à débourser un centime.

Peut-on avoir les dividendes en argent ?

Pas chez nous. La part de bénéfice répartie s’exprime en bouteilles de vin. Votre placement est sécurisé, il rapporte un certain pourcentage par an, mais votre motivation principale doit être le plaisir de produire et de boire son propre vin.

Si on veut acheter du vin en plus des dividendes ?

Vous pouvez avec un tarif privilégié associé. Vous avez même accès aux vins des autres domaines que nous avons créés à ce tarif privilégié.
Exemple : Mas Angel AOP Faugères– cuvée Prestige 9.70 € au lieu de 16 € prix public.

Si on agrandit le vignoble, est-on obligé de remettre de l’argent ?

Non, aucune obligation, si on augmente le capital vous serez prioritaire pour reprendre des parts mais sans aucune contrainte de le faire.

Si on est associé d’un vignoble, a-t-on accès aux autres vignobles créés par Terra Hominis ?

Oui, les fêtes, manifestations et vignobles en général vous sont ouverts : les vignobles que nous créons sont tous cousins…

Peut -on se former aux travaux de la vigne, vendanges… afin d’apprendre ?

C’est même recommandé de le faire afin de vivre pleinement l’aventure du vin et de mieux l’apprécier.  Les formations dans les vignobles se font via l’association Languedoc Trajectoire qui a souscrit une assurance qui vous couvre.

Peut-on mettre les parts au nom de nos enfants ?

Uniquement si ils sont majeurs, à défaut, il faut faire une donation à la majorité.
Dans notre philosophie, nous ne sommes pas propriétaires des vignes, nous en sommes simplement les détenteurs pour les générations à venir….

Peut-on proposer à nos proches de prendre des parts ?

Nous fonctionnons par cooptation et les proches de nos associés sont les bienvenus. Cependant, nous ne sélectionnons, après avoir fait connaissance personnellement, que les associés qui sont en harmonie avec nos valeurs.

Quelle est la responsabilité des associés ?

La SCI (société civile immobilière), et le GFV (Groupement Foncier Viticole) sont par nature des sociétés à responsabilités illimitées. Mais dans le cas présent, la structure n’étant jamais exploitante, le risque est considérablement réduit. De plus, il n’y a ni charge ni crédit bancaire, les charges sont la responsabilité du fermier. Le bail protège les associés et  la seule écriture au bilan est la perception du fermage.

Que faire si on hésite à prendre une part dans un vignoble ?

Surtout ne pas prendre de part.  Nos projets sont basés sur le plaisir et nous rejoindre doit se faire de façon naturelle. Inscrivez-vous à nos Newsletter, observez ce que nous proposons, participez à nos manifestations et si un jour l’occasion se présente alors demandez-nous pour nous rejoindre.

Contactez-nous

Partagez cette page: