Logo Terra Hominis

On en parle dans les médias :

       
créateur de vignobles en copropriété

Terra Hominis, des vignes à parts

Publié le 26 mai 2015 1:11
liberation économie

Libération consacre un bel article ce 26 mai sur Terra Hominis et le financement participatif de vignobles.

journaliste : Sarah Finger, correspondante à Montpellier
photographie : Alexandra Frankewitz – TRANSIT

Liberation économie mai 2015


Morceaux choisis :

Dans l’Hérault, Ludovic Aventin a créé le premier vignoble collaboratif. En échange de bouteilles du cru, 500 «associés» financent ses terres.
“Quand j’ai monté Terra Hominis en 2011, l’une des idées maîtresses était de donner du sens à un placement, de transformer un investissement en plaisir, raconte Ludovic Aventin. Aujourd’hui, nous comptons 500 associés, davantage passionnés par l’élaboration de nos vins que par les questions de rentabilité. Nous proposons un placement plus épicurien que financier…”
(…)

Pour chaque domaine acheté, une société civile immobilière ou un groupement foncier agricole a été créé, ces montages juridiques permettant de dissocier le foncier, détenu par les associes, de l’exploitation, assurée par le vigneron
«Les associes ne sont pas responsables financièrement, par exemple en cas de dettes ou d’intempéries seul le vigneron prend en charge la responsabilité financière et juridique, de l’exploitation», précise l’entrepreneur.
(…)

«Les 4 ou 5 parts que je détiens n’ont rien d’un placement financier. Mais le vin dans lequel on s’investit raconte une autre histoire, témoigne Jacques
Villez, chef d’entreprise à Nantes. C’est un vrai bonheur de rendre visite au domaine, de vendanger ou d’assister à l’assemblage.»
(…)

En toute logique, Terra Hominis entend à présent s’investir dans l’installation de jeunes vignerons. Parmi eux, Sybil Baldassarre a 35 ans, cette oenologue vient de créer sa petite entreprise qui exploitera 3 hectares de vignes situés
dans le hameau de Cabrerolles, au nord de Béziers, et plantes en cépages blancs et anciens. «Avec mon compagnon, raconte-t-elle, nous sommes tombés amoureux de ce terroir de schiste qui donne des vins si particuliers. Terra Hominis achète le foncier, et nous allons travailler ces vignes. Une solution idéale pour des jeunes comme nous qui partons avec rien.»