Acheter des vignes un investissement accessible

Est-il encore possible d’acheter des vignes ou acquérir un vignoble aujourd’hui sans être doté d’une grande fortune ? Avec ses 80 000 hectares de vignes, la France reste un territoire recherché en foncier viticole. Investir dans un vignoble demande beaucoup plus de fonds que de louer ou acheter quelques pieds de vignes. Le terroir et les appellations jouent un rôle crucial dans le montant d’achat de l’hectare de vignes. 

Pourquoi acheter des vignes ?

Acheter un vignoble en France est un bon investissement car le marché du vin est de plus en plus qualitatif et reconnu.  Si le passionné de vin en tant qu’acheteur potentiel, s’arrêtera bien sur la volonté sur le terroir, l’appellation, la situation du vignoble et son accessibilité…. D’autres s’attacheront dans un placement financier spéculatif, s’attarderont surtout sur la valeur du foncier, l’évolution du marché et de la demande sur l’appellation, la valeur de la bouteille également …. Beaucoup d’investisseurs étrangers (russes et asiatiques notamment) achètent des vignobles notamment dans le Bordelais mais il s’avère que les français représentent encore 60% des acheteurs.

Néanmoins acheter un vignoble répond à 4 motivations principales : 

  • Investissement Plaisir et passion du vin
  • Placement sûr et sécurisé :  acheter de la terre est une valeur refuge
  • Transmission : droites mutations à titre gratuit
  • Avantages fiscaux : déductibilité IFI (impôt sur les fortunes immobilières) – générer du déficit foncier

Les motivations sont variées : retour à la terre, amour du vin ou envie d’une nouvelle activité. En effet, beaucoup d’anciens cadres supérieurs se reconvertissent et se lancent dans l’aventure.   Toutefois, acheter un vignoble représente un investissement important qui n’est pas accessible à tout le monde.  Le prix de l’hectare de vignes est très différent d’une région à une autre, d’une appellation à une autre… Un vigneron ou viticulteur désireux de s’agrandir ou se développer peut-être vite confronter à un manque de capitaux solides.  Le poids du foncier peut être conséquent pour certains. 

Aujourd’hui, l’achat de vignes se démocratise. Il peut être plus accessible à des bourses plus modestes selon en effet des vignobles, régions ou appellations choisis. Surtout, en investissant dans des solutions alternatives comme l’achat – location. Il est tout à fait possible d’acheter peu d’hectares de vignes et de les louer (on parle de « fermage » en agriculture) à un vigneron ou viticulteur, qui aura droit de les exploiter. Un investissement immobilier en sorte plus léger au départ et qui peut sur le long terme prendre de la valeur. 

Comment acheter des vignes ?

L’achat de vignes ou de vignobles ou de domaines viticoles peut se faire par l’intermédiaires de diverses structures ou site : 

Tous ces acteurs ou organismes pourront vous renseigner sur le prix des terres, fournir une expertise sur l’évaluation du prix du foncier. La Safer peut aider tout porteur de projets à finaliser l’achat de vignes dans l’attente que celui-ci boucle le financement pour acquérir des terres. 

Quels sont les risques lors de l’achat de vignes ?

Une fois les vignes achetées, il faut savoir quoi faire du vignoble afin d’en obtenir les fruits ou le « retour sur investissement ». Pour cela, plusieurs cas de figure : 

  • L’exploiter directement soi-même
  • Mettre la vigne en métayage à un vigneron 
  • Mettre la vigne en fermage à un exploitant agricole 

Acheter des vignes pour les exploiter directement : une solution nécessitant de solides capitaux et un savoir-faire

Acquérir un vignoble est limité aux personnes ayant un budget financier important, plusieurs centaines de milliers d’euros, rien que pour acheter le foncier (vignes et/ou bâtiment d’exploitation). A cela s’ajoute, les risques financiers et juridiques liés à l’exploitation agricole. Le rêve peut vite se transformer en cauchemar ! C’est une solution qui s’avère dédiée uniquement aux personnes désirant devenir professionnel du vin contrairement à l’investissement participatif viticole qui vise plus des épicuriens, passionnés du vin. Découvrez notre démarche juridique.

Que se passe t’il si la récolte est perdue pour cause d’aléa climatique ?

Vous n’avez aucune responsabilité financière, aucune somme d’argent à remettre ni en capital ni en compte courant.

En effet, la structure dans laquelle vous avez investi n’est pas exploitante. Par contre, si l’aléa climatique est avéré, le fermage sera versé au prorata du manque à gagner.  En revanche, le vigneron sera lui confronté à un problème de trésorerie car il aura travaillé une année pour rien et la récolte suivante risquera elle-aussi d’être amputée si les dégâts liés à la grêle sont importants. En sus, il risquera de perdre une partie de son circuit de distribution, qui se sera approvisionné ailleurs.

Acheter des vignes pour les mettre en fermage ou en metayage

Le risque est que le fermier ne puisse régler son fermage ou métayage pour cause d’aléas climatiques (grêle, sécheresse, gel) de plus en plus fréquents ou problème financier de l’exploitation (en période de crise sanitaire c’est fort probable). Cependant, le propriétaire des vignes n’est pas responsable des crédits engagés par l’exploitant.

Ne vaut-il pas mieux acheter des groupements fonciers viticoles plutôt que des vignes ?

Terra Hominis, structure spécialisée dans le financement participatif viticole permet de regrouper les deux aspects l’achat de vignes et l’exploitation du vignoble, en minimisant les risques. Pour chaque vignoble en copropriété réalisé, un GFV (Groupement Foncier Viticole) est créé et les formalités faisant suite aux acquisitions de parts sont réalisées par le cabinet juridique AGC MIDI MEDITERRANÉE qui établit des attestations de propriété aux investisseurs ou porteurs de parts.

Un bail est accordé à un vigneron qui prend en charge la responsabilité financière et juridique de l’exploitation. L’investissement est unique et définitif. La propriété des vignes incombant au GFV (Groupement Foncier Viticole) et leur exploitation sont dissociées garantissant ainsi le « capital associé ».

Afin de préserver le contact humain, nous nous refusons à la création d’une plateforme d’investissement anonyme et avons donc fait le choix du financement participatif non-réglementé. Ce qui nous permet de sélectionner les actionnaires sur chaque projet de GFV (Groupement Foncier Viticole), en fonction de leurs valeurs.

dapibus Aliquam adipiscing eget tempus id

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets