Les vignerons du Minervois inquiets face à un projet d’installation éolien

La compagnie allemande Volkswind tente d’installer un parc éolien sur les terres de la commune de Siran. Cri d’alerte des viticulteurs et citoyens de la commune en pleine finalisation de l’appellation AOC.

Tristan Geoffroy, journaliste pour Terra Hominis.

eoliennes-guy-sabarthes

Pour Guy Sabarthès, viticulteur et président du syndicat Alliance Minervois, ce n’est malheureusement pas nouveau. Sur les tablettes depuis 2019, il se dit « habitué à voir des projets qui fleurissent régulièrement ».

 

Pour lui, « l’unique appellation communale du Minervois, le cru La Livinière, considère ce projet totalement incompatible avec les orientations prises à la fois, par le syndicat, et les entreprises, dans le cadre du développement durable ». Il faut préciser en effet, que c’est « la préfecture qui aura le dernier mot, » déclare Guy Sabarthès, « mais nous avons déposé une saisine auprès du ministère de l’agriculture, car nous ne sommes pas sûrs de la pertinence du projet. Outre l’impact économique (tourisme et vin), il y a aussi de grosses interrogations concernant la préservation de notre environnement. Ce que nous craignons » ajoute le président du syndicat « est que si un tel projet est accepté, cela ouvre la porte à d’autres projets de la même ampleur».

Effectivement les interrogations sont nombreuses, puisque ce « coin de pays » est en pleine tractation pour obtenir le label de Grand Site de France. Ce label est reconnu pour mettre en valeur les paysages, favoriser leur préservation, connaître, protéger et valoriser le patrimoine culturel, architectural et urbain, améliorer la qualité d’accueil tout en favorisant le développement économique local. De ce fait, l’implantation d’un parc de 9 éoliennes de plus de 120m de haut au beau milieu de ce territoire lui fait perdre alors toute sa pertinence, aussi financièrement alléchant soit-il. Car pour que le projet s’installe, il faut aussi que certains propriétaires fonciers aient accepté la location de leur terrain. À ce stade, aucun d’entre eux n’a été identifié.

Un projet éolien qui touche plusieurs communes

delphine-gantelas-eoliennes

Pour Delphine Glangetas, Responsable de la Commission Communication du domaine de l’Ostal : « Toutes les communes de l’appellation ont émis un avis défavorable. » Et elles ne sont pas seules. 

En effet, la LPO (Ligue Protectrice des Oiseaux), l’OGF (Opération Grand Site) et même l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) ont toutes émises des avis défavorables. Elle précise que « l’état ne peut pas reconnaître les différents labels (NDLR : tel que l’AOC qui, après l’accord de l’état français, n’attend plus que l’aval de l’Europe) et accorder une défiguration du paysage en parallèle ». Mais ce n’est pas tout, les députés français sont aussi en train de travailler sur une loi de conservation des terres agricoles dans les semaines à venir, ce qui va, bien évidemment, à l’encontre de tels projets. Actuellement sur le bureau de l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), ce projet inquiète énormément M. Caze le propriétaire du domaine de l’Ostal. Pour lui, l’équipe en charge de la gestion du domaine a toujours travaillé à la conservation du paysage et de la nature environnante : « C’est toujours pareil qu’il a 20 ans » déclare t-il à l’équipe, « vous avez réussi à conserver la beauté du terrain ». Il a bien évidement contacté d’autres gros propriétaires du territoire afin de faire front et d’agir de concert.

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets