Maxence Panchau, néo-vigneron installé en 2018 revient sur son installation rendue possible grâce à l’intervention de Terra Hominis. Le magazine Mon Viti revient sur la démarche d’installation de Maxence dans le Pic-Saint-Loup. 

domaine-caussarelle-maxence-safer

« C’est le joli hasard des rencontres qui m’a fait découvrir Terra Hominis », reconnaît Maxence Panchau, vigneron sur l’appellation Pic-Saint-Loup, au Domaine Caussarelle.

Après avoir rencontré des difficultés dans l’acquisition des vignes et d’un prêt bancaire, Maxence s’est tourné vers un système de financement alternatif, que propose Terra Hominis.

 « Nous avions prévu deux étapes : une première phase avec un GFV de 116 actionnaires pour acheter 3 ha, puis une 2e phase d’investissement si tout allait bien avec un 2e GFV(1) pour les 3 ha supplémentaires », détaille Maxence Panchau. 

Grâce à la démarche d’investissement participatif de Terra Hominis, Maxence a créé deux GFV avec plus de 200 associés permettant à Maxence d’atteindre une taille optimale et d’avoir un réseau d’ambassadeurs.

Pour Maxence, cette démarche présente des avantages multiples : « Lorsque vous vous installez, vous partez avec un réseau d’ambassadeurs, prêts à vous acheter du vin et à vous faire connaître ! Quand vous avez des coups durs, surtout liés à la météo, vos associés sont aussi présents, et peuvent donner un coup de main. Le bénéfice va bien au-delà de l’intérêt financier. »

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets