Les objectifs de la plantation :

  • Créer un conservatoire de cépages « oubliés » en blanc
  • Anticiper le changement climatique
  • Favoriser la diversité du vignoble héraultais
  • Créer un vin unique avec un assemblage de cépages atypiques

Contraintes liées à ce type de plantation :

  • Zone sauvage 
  • Non subventionné par les aides à la plantation
  • Zone non mécanisable (entretien du vignoble sans machines, ce qui demande plus de travail manuel)

Il y a 10 variétés de cépages méditerranéens blancs sur une surface de 30 ares. Il y a 1000 pieds au total pour qu’il y ait 100 pieds pour chaque cépage. 

Les cépages choisis sont : 

  • Villard Blanc
  • Aramon Blanc
  • Carignan Blanc
  • Chasselas Blanc
  • Listan Blanc
  • Terret Blanc
  • Macableu Blanc
  • Muscat Pg Blanc
  • Piquepoul Blanc
  • Valensi Bianco
 

La passerelle de 30 ares sera plantée en grenadiers ou en pistachiers qui sont des arbres fruitiers résistants. 

La dernière culture sur cette parcelle était de la vigne qui a été arrachée il y a plus de 20 ans. 

L’analyse du sol a été réalisée par Célesta Lab qui est un laboratoire d’analyses, d’étude et de conseil en biologie des sols. Ce dernier a réalisé un diagnostic agronomique du sol. 

La conclusion du rapport a dévoilé un sol appauvri au fil des années, qui est rentré dans un cercle vicieux. En effet, il y a peu de matières organiques, le PH de la terre est en baisse ce qui donne un sol acide et la biomasse microbienne est très faible. 

Pour améliorer le sol, Charles et Sara ont fait appel à Alain Mallard qui est un conseiller viticole spécialiste de la permaculture ainsi qu’aux conseillers de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault. 

Plan de redressement 

3 actions sont à mener : 

1/ Ripper le terrain a plus de 50 cm de profondeur pour l’aérer

2/ Chauler le terrain : Apporter de la chaux afin de redresser le PH 

3/ Amender le terrain en matière organique avec 10 tonnes de marc de raisins compostés et 1 tonne de fientes de volailles (azotés), afin de booster la plantation de la vigne à venir.

La parcelle étant en pente et afin d’éviter le ravinement et l’érosion de celle-ci, il faut planter non pas dans le sens de la pente, mais en suivant les courbes de niveau afin de coller au mieux à la topographie de la plantation. 

Dans le but de retenir un maximum d’eau, il faut créer 3 noues qui seront aussi dans le sens des courbes de niveau. Les noues étant des fossés qui permettent la rétention, l’acheminement et l’infiltration des eaux pluviales. Ces dernières, sont plantées par alternance de fruitiers et d’essences « sauvages » locales, doublées de petits fruits. 

Enfin, ils vont créer en aval de la parcelle une petite mare qui récupérera l’excédent d’eau de pluie lors des épisodes cévenols. Elle aura pour autre objectif de créer un écosystème et donc permettre une diversification de la faune et la flore. Charles et Sara vont conserver une zone dite « sauvage », plantée uniquement d’essences locales et la zone proche de la mare pourrait aussi héberger une à deux ruches. 

Mode de culture de la nouvelle plantation :

  • Non-labour des sols
  • Mise en place d’un enherbement naturel spontané (sauf les premières années afin d’éviter la concurrence avec les jeunes plants de vigne)
  • Mise en place d’un paillage à base de chanvre qui empêchera l’herbe de pousser aux pieds des vignes et qui se décomposera petit à petit
  • Labellisation de la parcelle en biodynamie, en agriculture biologique

Première récolte attendue pour 2027. 

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets