Terra Hominis, créateur de vignobles dans Carnet de Campagne

Terra Hominis, créateur de vignobles en copropriété est à l’honneur dans « Carnet de campagne » sur France Inter.

Extrait de l’interview :

Le Haut-Languedoc où nous allons nous rendre couvre un vaste territoire et un parc régional qui s’étend sur le Tarn et l’Hérault. C’est précisément dans la partie héraultaise  que s’est installé Ludovic en 2009 afin de produire dans un domaine viticole en géré copropriété ses premiers crus. En 2011 il fonde l’entreprise Terra Hominis avec le souci de créer de nouveaux domaines viticoles et d’aider les jeunes producteurs à  trouver un terroir pour s’exprimer. La recette est simple, Terra Hominis sollicite les particuliers d’acquérir une part du domaine en cours de création. Depuis la première campagne d’investissement participatif, 18 projets ont été réalisés et autant de domaines créés grâce à 1900 associés. En 2018, terra Hominis a remporté le grand prix innovation et territoire  lors du premier concours innover à la campagne auquel les Carnets de campagne sont associés. (La deuxième saison sera détaillée vendredi dans nos carnets). Une nouvelle étape se dessine pour l’entreprise qui a modifié son statut pour devenir la première PME entreprise à mission en France. Suite à la loi Pacte, une nouvelle génération d’entreprises est lancée, entreprises qui garantissent dans leurs clauses une mission d’intérêt collectif ou général. Notre exemple de l’Hérault s’inscrit totalement dans cette perspective avec le souhait de privilégier l’humain à la finance. 

C’est quoi le financement participatif viticole ?

Terra Hominis soutient des vignerons respectueux de l’environnement en créant des vignobles en copropriété grâce au financement participatif, à partir de 1 300 € la part. Nous avons choisi le financement participatif non réglementé afin de sélectionner des associés partageant nos valeurs : Convivialité, Partage, Plaisir, Transmission aux générations futures. 

Dans le cas de Terra Hominis, structure spécialisée dans l’investissement participatif viticole, l’épargnant n’est pas sur un produit financier spéculatif et volatil, puisqu’il achète une partie du foncier dont il est copropriétaire et qui sera mis en fermage pour son exploitation.

Les avantages sont multiples : le vigneron qui cède ses vignes peut vendre son bien dans de bonnes conditions et le loueur des vignes pourra ainsi démarrer son activité viticole sans avoir à mobiliser des fonds qu’il n’a pas, pour acheter le foncier. Il peut concentrer tous ses moyens sur la production et l’élevage de son vin. Une approche humaine fondamentale, qui fait la différence avec les autres formes de financement, et qui explique le nom de la structure : Terra Hominis, pour « Terre des Hommes ». Loin de toute volonté spéculative, les investissements participatifs viticoles proposés agrègent un nombre limité d’associés, retenus en fonction de leur adhésion à la démarche de Terra Hominis, qui est d’investir dans des terroirs sélectionnés méticuleusement, pour aider des vignerons à s’installer ou à développer de nouveaux projets.

Terra Hominis a facilité le montage financier de la reprise via l’investissement participatif viticole, et apporter en plus des investisseurs qui ne sont pas de simples financiers mais des passionnés entretenant un lien fort avec le domaine. « Concrètement sans terra hominis et la synergie de tous les autres partenaires, le dossier n’aurait jamais pu aboutir » reconnaît le technicien de la chambre de l’agriculture.

Le plus de cette forme alternative de financement, proposé par ludovic aventin c’est de permettre de faire valider le soutien des banques pour sécuriser l’investissement. Terra Hominis joue un peu le rôle d’intermédiaire de financement. Cette nouvelle méthode de lever des fonds (en quelques sortes) est un élément de poids pour faciliter la transmission de domaines viticoles et participer au renouvellement des générations de vignerons indépendants. 

Dans la viticulture française, nous assistons à un phénomène de rupture avec la génération de vignerons qui part à la retraite, qui n’a pas de repreneurs.  Dans les années à venir il va y avoir de plus en plus de foncier disponible mais les candidats n’auront pas forcément les moyens financiers pour reprendre. C’est pour cela que Terra Hominis, jouant le rôle de porteur de projets via l’investissement participatif viticole, est bienvenue dans notre paysage viticole.

sed facilisis luctus odio Phasellus elementum diam venenatis, ut ultricies sit

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets