Le financement participatif, en plein essor, est un moyen pour les viticulteurs notamment d’alléger le poids du foncier lors d’un investissement important. En effet, Terra Hominis est une société qui permet, comme l’explique l’article de Ouest France ci dessous, d’aider des vignerons à s’installer grâce à l’investissement participatif.

 »  Terra Hominis compte s’étendre dans la Loire, après avoir noué un partenariat avec les Safer ligériennes.
La société vise tout particulièrement les secteurs où le foncier reste abordable, avec un plafond autour de 50 000 €/ha. Selon le même principe qu’elle a initié en Languedoc ou en Bordelais, où 39 installations ont été réalisées, l’entreprise cherche des projets de création ou des reprises de domaines en finançant le foncier via un pool d’investisseurs dans le cadre d’un GFA. Les terres sont ensuite louées via un bail à la société d’exploitation du vigneron. En moyenne, ce sont quelque 120 actionnaires qui sont mobilisés par installation. »

Cet article réalisé par Le Vigneron du Val de Loire parle du souhait de Ludovic Aventin, fondateur de Terra Hominis de se développer dans l’Anjou ou le Muscadet. 

"On propose des parts à 1 500 € avec un nombre maximum de deux ou trois par personne. En contrepartie, chaque actionnaire est rémunéré en bouteilles au taux fixe de 4,5 % par an."

"Nous recherchons des candidats à l'installation ou à l'agrandissement dans la Vallée de la Loire, notamment en appellation Anjou et Muscadet."

Ludovic Aventin, fondateur de Terra Hominis

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets