Avez-vous déjà pensé à offrir une part de vignoble ?

Après la sortie des bourgeons, la vigne continue son développement et en mai, c’est l’heure de la prévention contre les éventuelles maladies. Découvrons les méthodes de prévention dans cet article.

Les maladies de la vigne

Les maladies de la vigne sont nombreuses, il faut donc se prémunir de celles-ci grâce à des techniques de protection. Ces maladies ont tendance à se développer avec des temps chauds et pluvieux. Nous allons voir en détail ces maladies et découvrir les techniques de protection utilisées en biodynamie et en agriculture biologique.

Plusieurs des domaines Terra Hominis suivent des principes de la biodynamie (sans être labellisés) afin de lutter contre ces maladies. Découvrez nos vignobles pour en savoir plus.

protection-des-vignes-mildiou

Le Mildiou

Le Mildiou est un champignon qui se développe avec des températures chaudes et des pluies. Des tâches brunâtres apparaissent sur les feuilles puis des inflorescences à la fin de floraison. Enfin, la rafle prend une couleur rouge et se déforme.  Cela provoque de grandes chutes de rendement puisque les grappes ne se développent plus. Cela peut également provoquer des altération de l’arôme du vin.

En biodynamie, les viticulteurs utilisent des tisanes d’orties et de prêle pour protéger la vigne du champignon. De plus, une préparation de compost de bouse de corne peut également aider à la défense des pieds de vigne contre ces maladies. L’utilisation du cuivre, (en faibles quantités en biodynamie) est également un moyen de lutter contre le mildiou.

En agriculture biologique, une seule substance est autorisée, le cuivre, en dehors de tisanes et des huiles essentielles. On peut l’appliquer sous différentes formes, en sulfate (bouillie bordelaise), hydroxyde, oxychlorure ou oxyde cuivreux.

protection-vignes-oidium

L'oïdium

L’oïdium est un champignon microscopique qui se manifeste par un ralentissement de la croissance de la vigne et par un feutrage blanc sur les feuilles. Les premières manifestations de la maladies sont visibles sous forme de tâches d’huile, qui ressemblent à celles du mildiou puis ces tâches ont tendance à noircir. 

Les grappes, recouvertes d’un filet gris, laissent place à un champignon, le botrytis, lorsqu’elles éclatent sous la pression des cellules en développement.

En biodynamie, on peut également appliquer des tisanes d’orties, d’oseille mais aussi un traitement à base de bicarbonate de soude qui empêche la formation des spores des champignons. On peut également faire un traitement au lait, avec une vaporisation régulière du feuillage, cette pulvérisation permet d’éradiquer l’oïdium et renforcerait les défenses immunitaires de la plante.

Pour lutter contre l’oïdium, le seul traitement autorisé en agriculture biologique est le soufre, en dehors des huiles essentielles et des décoctions de plante.

Les vers de la grappe

Les vers de la grappe (cochylis, eudémis) sont des papillons redoutables pour les vignes. Les larves de cochylis hivernent sous forme de chrysalide sous le cep et se transforme en papillon dès début mai. Les chenilles qui vont devenir des papillons peuvent causer des dégâts sur les grappes, favorisant la pourriture grise (Botrytis cinerea).

 

Pour lutter contre les vers de la grappe, en biodynamie, on peut utiliser du Bacillus thuringiensis qui a des propriétés insecticides et ne représente pas un danger pour la faune.

 

En agriculture biologique on peut également utiliser des pièges sexuels avec des installation dans les vignes qui fonctionnent sur le principe de confusion sexuelle.

 

Source : Adméditerranée – Fiche 3-biodynamie en viticulture

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets