Avez-vous déjà pensé à offrir une part de vignoble ?

Midi Libre explique en quoi Terra Hominis, spécialiste de l’investissement participatif viticole, souhaite changer son objet social pour devenir une entreprise à mission.

Nous sommes fiers d’être la première PME à bénéficier de cette nouvelle qualification, dans le cadre de la loi Pacte. Terra Hominis devient la 1ère PME « société à mission » en France.

Morceaux choisis 

“Terra Hominis, structure spécialisée dans le financement participatif viticole, a donc décidé de modifier son objet afin de répondre à la nouvelle définition d’entreprise à mission qui vient d’être créée.“

(…)

“Les nouveaux statuts de la société Terra Hominis sont en cours d’enregistrement.“

(…)

“Je suis très fier que nous soyons à la pointe de ces évolutions. Cette loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises, permet aux PME comme la nôtre d’affirmer leur volonté de gérer leur structure en considérant les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité.”

(…)

“La raison d’être de Terra Hominis nouvellement inscrite aux statuts est de “préserver ce qui fait la force des vignobles français, la diversité des vignerons, en créant du lien entre les amateurs de vin et les vignerons et ainsi dynamiser les territoires ruraux”.

>>> Terra Hominis : future société à mission <<<

Terra Hominis, 1ère TPE société à mission du monde viticole

Aujourd’hui, Terra Hominis qui aide de jeunes vignerons à s’installer ou à se développer via l’investissement participatif non-réglementé, devient pionnière dans l’application de la loi Pacte. Elle est désormais pleinement une société à mission, grâce à l’enregistrement de ce statut au greffe du tribunal de Béziers. La société est la seule à être inscrite à ce jour dans le monde viticole.
La structure va ainsi pouvoir amplifier son rôle de défense et de soutien à la viticulture pour préserver la diversité des terroirs et des vignerons.

Devenir société à mission pour inscrire sa raison d’être

– Inscription d’une raison d’être dans ces statuts au travers d’un objet social étendu. L’entreprise ne se limite plus à faire du profit, elle s’engage dans une démarche collective et reconnait sa responsabilité sociétale, sociale et environnementale dans la cité.
– Inscription de la mention société à mention sur son extrait KBIS.
– Mise en place d’instance de gérance de ses engagements, ainsi qu’une évaluation régulière des actions menées par un cabinet indépendant.

Quelles ont été les motivations de Terra Hominis pour devenir une société à mission ?

Tout d’abord cette démarche part de plusieurs constats :

– Deux tiers des vignerons ont plus de 55 ans et rencontrent donc des difficultés pour transmettre leur vignoble au moment de partir à la retraite.
– Les jeunes qui s’installent ont des difficultés à trouver des financements notamment pour l’achat du foncier. Les banques ne suivent plus.

– De futurs grands talents risquent de ne pas pouvoir se révéler…. 

Terra Hominis veut défendre au travers des projets qu’elle soutient, ce qui fait la force de notre viticulture : sa diversité. La structure a donc modifié son objet social pour rajouter une nouvelle raison d’être :

« Préserver ce qui fait la force de nos vignobles, la diversité de ses vignerons en créant du lien entre les amateurs de vin et les vignerons et ainsi dynamiser les territoires ruraux. »

Le but de Terra Hominis est de :

– Permettre à la nouvelle génération de vigneron, qui travaille dans le respect de l’environnement et qui n’a pas les moyens de financer l’acquisition du foncier ou bien d’assurer le paiement de fermage en numéraire, de s’installer ou se développer.
– Permettre également à des vignerons déjà installés mais en difficulté de trouver un nouveau levier financier pour continuer leur activité.

Devenir entreprise à mission pour s’engager moralement auprès de nos 2100 associés.

En gravant dans le marbre sa mission d’intérêt public, c’est pour Terra Hominis s’astreindre à une véritable obligation de résultat. En effet, son fondateur est pénalement responsable en cas de non-application de son objet social. L’entreprise espère que des contrôles seront mis en place pour en assurer la bonne application et éviter ainsi l’effet « greenwashing » de ce nouveau statut.
Plus globalement, les entreprises de demain ne peuvent plus se limiter à faire du profit, elles doivent également avoir un rôle, une conscience sociale et environnementale. La crise sanitaire que nous avons traversé n’a fait que renforcer ce constat.
La société à mission est l’entreprise de demain !

Restez informé de notre actualité

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets 

Vous nous quittez déjà ?

Laissez-nous vos coordonnées pour rester informé de nos futurs projets